“Nous devons tous rester en contact pour pousser le ballon dans le bon but”

 

La pandémie de Covid 19 a déclenché une vague de développement numérique. Dans l’interview, Cornelia Meier, MD, fait part de ses expériences. Elle est spécialiste en médecine interne générale FMH et coprésidente de la Société des médecins du canton de Soleure GAeSO. Dans sa pratique, elle utilise le service “AD Swiss Covid vaccination” depuis janvier 2021 et a accompagné son développement en tant qu’utilisateur pilote.

 

Dr Meier, comment est née votre collaboration avec AD Swiss?

En raison des développements difficiles concernant l’échange national de données au niveau du dossier électronique du patient, nous, en tant qu’association médicale cantonale, avons sensibilisé nos membres aux services d’AD Swiss il y a quelque temps. En particulier, parce qu’il n’est pas nécessaire d’installer des programmes supplémentaires pour utiliser les services d’AD Swiss, mais que les fournisseurs de services sont déjà “prêts” pour les autres accès grâce à leur raccordement HIN.

Pendant cette pandémie, nous avons été en contact précoce et régulier avec les autorités sanitaires cantonales (GesA). De cette manière, nous avons également pu convaincre les autorités cantonales que l’accréditation d’AD Swiss en tant qu’unité déclarante vis-à-vis du gouvernement fédéral et du canton est une situation gagnant-gagnant pour nous tous.

 

Vous avez déjà été impliqué dans la phase pilote du service “AD Swiss Covid-Impfen” et avez donné votre avis. Comment s’est déroulée cette expérience?

Nous avons pu faire l’expérience de ces processus dans cinq cabinets pilotes du canton dès janvier 2021. Les problèmes ont ainsi pu être enregistrés sur une base 1:1 et analysés avec AD Swiss, où les leviers d’amélioration pouvaient être actionnés avant que les vaccinations et leurs processus ne soient ensuite introduits dans les cabinets à partir de la mi-avril. Il s’agissait d’un développement continu et, rétrospectivement, d’une bonne expérience pour le système qui fonctionne très bien aujourd’hui. Cela a montré clairement l’importance de l’interaction et de la communication des deux côtés.

 

Comment utilisez-vous vous-même la “vaccination AD Swiss Covid” dans votre pratique aujourd’hui?

À ce jour, nous avons effectué environ 800 vaccinations dans notre cabinet. Au début, nous organisions des après-midi de vaccination pour faire face au grand nombre de personnes qui souhaitaient être vaccinées mais ne voulaient pas se rendre dans un centre de vaccination pour diverses raisons. À cette fin, toute l’opération a été arrêtée au profit de l’organisation de la vaccination. Entre-temps, grâce aux procédures mises en œuvre et au personnel formé, nous pouvons proposer 20 à 24 vaccinations par jour sans interrompre les opérations. Grâce à AD Swiss et à l’interface intégrée au logiciel du cabinet, les processus administratifs sont devenus beaucoup plus simples, plus légers et plus pratiques.

 

Quels commentaires avez-vous reçus d’autres médecins de Soleure?

Il était important que les médecins de Soleure disposent d’instructions appropriées et de personnes de contact fiables en cas de problèmes, en raison des importants obstacles administratifs, de la commande des vaccins et de l’enregistrement à la délivrance des certificats de vaccination. Au début, il y a eu quelques problèmes de démarrage, qui ont exigé beaucoup de nerfs au moment du stress avec 50 à 60 futurs vaccinateurs dans le cabinet, qui voulaient être servis en conformité avec la corona, avec des intervalles et dans la convivialité traditionnelle. Mais la volonté de l’équipe d’AD Swiss de tester et de mettre à disposition les nouvelles versions et de libérer des capacités de serveurs en faveur de l’augmentation de la vitesse du système, même dans les actions de nuit et de brouillard, a calmé les nerfs. Au final, le retour d’information concernant le support des systèmes d’AD Swiss n’a été que positif.

 

En parlant du certificat Covid: quelles expériences avez-vous eues avec lui?

Nous sommes également étroitement impliqués dans le dialogue technique avec le canton concernant la délivrance des certificats. Il est logique que le bureau qui a vacciné les personnes et donc enregistré les données personnelles émette également le certificat. Ainsi, la plupart des cabinets ont également délivré les certificats des personnes vaccinées avant le 30 juin 2021 de manière rétrospective. Il a été très utile que cela soit enfin possible dans le système d’AD Swiss par une procédure simplifiée “en appuyant sur un bouton”, y compris l’envoi par la Confédération.

 

Le canton de Soleure a autorisé très tôt AD Swiss comme “reporting unit” afin que le service “AD Swiss Covid-Impfen” puisse être utilisé par les médecins du canton. Quels conseils avez-vous à donner à vos collègues des cantons qui ne sont pas encore autorisés?

Comme je l’ai dit, nous étions déjà très étroitement impliqués dans les dialogues spécialisés avec le canton dès le début de la pandémie. Nous avons ainsi pu exprimer le souhait qu’AD Swiss soit accréditée en tant qu’unité déclarante et avons également pu servir de médiateur pour le contact. Je pense que l’échange établi et régulier avec les différents acteurs du canton de Soleure a fait ses preuves. Bien sûr, le paysage politique est différent dans chaque canton, mais en tant que profession médicale, nous ne pouvons pas faire l’économie d’une meilleure mise en réseau politique et d’un maintien du contact.

 

Interaction optimale des systèmes et des joueurs pour plus d’efficacité et de sécurité dans la routine quotidienne de la pratique

 

Vous avez mentionné l’intégration de la “vaccination AD Swiss Covid” dans le logiciel du cabinet. Quelle est votre expérience en la matière et quelle importance accordez-vous à ces intégrations et au dialogue avec les partenaires informatiques ?

La connexion de “AD Swiss Covid-Impfen” à notre logiciel de pratique vitomed s’est avérée très réussie. Ces intégrations sont synonymes de plus d’efficacité, de plus de qualité et, grâce au temps gagné – par exemple en évitant de saisir deux fois les mêmes données – de plus de temps pour le travail direct avec les patients.

Je travaille uniquement en numérique dans le cabinet depuis 2002. J’ai déjà migré deux fois l’ensemble du système vers un nouveau système et je suis donc familier avec les différents logiciels de cabinet. La pandémie a clairement déclenché une poussée du développement numérique et a également montré aux médecins ce qu’il est possible de faire avec le numérique. J’y vois l’avenir. Nous ne pouvons pas fermer nos esprits à ce sujet. Pour moi, une pratique numérique avec un flux de travail bien répété et défini est aussi une question d’efficacité et de sécurité dans la pratique quotidienne. Dans notre cabinet, nous nous sommes assis avec les gens de Vitodata et nous avons modifié le système jusqu’à ce qu’il soit adapté à notre cabinet de groupe composé de trois médecins. Certaines de ces modifications ont ensuite été transférées à Vitodata pour être développées plus avant.

 

AD Swiss et HIN sont des entreprises qui sont aux mains des médecins, plus précisément, détenue majoritairement par la FMH et la Caisse des médecins. Comment évaluez-vous l’engagement du corps médical à fonder et à financer lui-même de tels fournisseurs de services informatiques?

Je pense, en particulier d’après l’expérience du développement continu de l’administration des vaccins et de la délivrance des certificats, qu’il est très important que ceux qui doivent finalement les utiliser soutiennent également de toute urgence ces services. Ce n’est que de cette manière que les exigences de la pratique quotidienne peuvent être intégrées efficacement dans les processus.

 

Avec la progression de la numérisation, les risques de fuite, de piratage ou même de suppression accidentelle de données sensibles augmentent également. Comment vous assurez-vous que les données des patients sont protégées à tout moment?

Nous sommes équipés de pare-feu et de programmes anti-virus, nous attachons de l’importance à effectuer des mises à jour régulières des systèmes, Vitodata entretient régulièrement le serveur plusieurs fois par an. Deux fois par jour, une sauvegarde de sécurité est effectuée sur un serveur externe. Les employés sont soumis à plusieurs reprises à des processus de sensibilisation.
Nous réfléchissons déjà à la révision de la loi sur la protection des données et envisageons de passer à une protection élargie à partir de 2022, avec la possibilité d’un consentement écrit du patient pour le traitement électronique des données par saisie sur le bloc de signature et stockage direct ultérieur.

 

En tant que médecin, vous voulez pouvoir vous concentrer sur les questions médicales et le traitement de vos patients. Où les solutions numériques pourraient-elles vous soulager encore plus, vous et votre personnel?

Mes souhaits: archivage automatique des rapports des patients dans les systèmes primaires, formulaires numériques fonctionnels, divulgation des adresses de courrier sécurisé des services de médecins-conseils (faute d’adresses de courrier, nous continuons à envoyer du papier dans le monde entier), intégration plus facile des dispositifs médicaux dans le logiciel du cabinet sans avoir à faire face à un effort récurrent et financièrement douloureux pour les interfaces dorées à chaque fois et à devoir les négocier au ping-pong avec les sociétés… Puis-je souhaiter davantage? Comme je l’ai dit, je vois un potentiel dans le fait que de plus en plus de formulaires pour des demandes de renseignements sur les assurances accidents ou les assurances d’indemnités journalières/compagnies d’assurance maladie seront remplis automatiquement. La charge administrative a énormément augmenté dans ce domaine. Entre-temps, la caisse d’assurance maladie demande une déclaration pour chaque médicament délivré, afin de pouvoir sonder d’éventuelles limitations.

 

Comment évaluez-vous les avantages du dossier électronique du patient (DEP) et l’importance des services complémentaires qui sont utilisés en plus du DEP?

Je suis quelque peu sceptique à l’égard du DEP et je crains un désert PDF imminent si le dossier n’est pas maintenu par le patient autant qu’il le peut. Cependant, il aura probablement besoin d’aide dans la jungle des termes techniques et, comme nous sommes déjà très bien couverts par le travail administratif, les assurance etc., notre temps pour ce travail est limité. Tout cela est perdu dans le temps passé en contact direct avec le patient. Nous devons faire la part des choses. D’autre part, je vois beaucoup de potentiel dans les services mentionnés. Dès que ceux-ci pourront exploiter automatiquement les données des systèmes primaires, ils atteindront une hauteur de vol utile. Sinon, je suis plus rapide pour générer une prescription à partir des données de l’historique médical numérique et l’envoyer par email à la pharmacie. Il en va de même pour les rapports d’orientation, que j’ai rédigés avec Dragon dans le système de dictée et que j’envoie en un tournemain. Nous devons tous rester en contact pour pousser le ballon dans le bon but.

La pandémie de Covid 19 a déclenché une vague de développement numérique. Dans l’interview, Cornelia Meier, MD, fait part de ses expériences. Elle est spécialiste en médecine interne générale FMH et coprésidente de la Société des médecins du canton de Soleure GAeSO. Dans sa pratique, elle utilise le service “AD Swiss Covid vaccination” depuis janvier 2021 et a accompagné son développement en tant qu’utilisateur pilote.

 

Dr Meier, comment est née votre collaboration avec AD Swiss?

En raison des développements difficiles concernant l’échange national de données au niveau du dossier électronique du patient, nous, en tant qu’association médicale cantonale, avons sensibilisé nos membres aux services d’AD Swiss il y a quelque temps. En particulier, parce qu’il n’est pas nécessaire d’installer des programmes supplémentaires pour utiliser les services d’AD Swiss, mais que les fournisseurs de services sont déjà “prêts” pour les autres accès grâce à leur raccordement HIN.

Pendant cette pandémie, nous avons été en contact précoce et régulier avec les autorités sanitaires cantonales (GesA). De cette manière, nous avons également pu convaincre les autorités cantonales que l’accréditation d’AD Swiss en tant qu’unité déclarante vis-à-vis du gouvernement fédéral et du canton est une situation gagnant-gagnant pour nous tous.

 

Vous avez déjà été impliqué dans la phase pilote du service “AD Swiss Covid-Impfen” et avez donné votre avis. Comment s’est déroulée cette expérience?

Nous avons pu faire l’expérience de ces processus dans cinq cabinets pilotes du canton dès janvier 2021. Les problèmes ont ainsi pu être enregistrés sur une base 1:1 et analysés avec AD Swiss, où les leviers d’amélioration pouvaient être actionnés avant que les vaccinations et leurs processus ne soient ensuite introduits dans les cabinets à partir de la mi-avril. Il s’agissait d’un développement continu et, rétrospectivement, d’une bonne expérience pour le système qui fonctionne très bien aujourd’hui. Cela a montré clairement l’importance de l’interaction et de la communication des deux côtés.

 

Comment utilisez-vous vous-même la “vaccination AD Swiss Covid” dans votre pratique aujourd’hui?

À ce jour, nous avons effectué environ 800 vaccinations dans notre cabinet. Au début, nous organisions des après-midi de vaccination pour faire face au grand nombre de personnes qui souhaitaient être vaccinées mais ne voulaient pas se rendre dans un centre de vaccination pour diverses raisons. À cette fin, toute l’opération a été arrêtée au profit de l’organisation de la vaccination. Entre-temps, grâce aux procédures mises en œuvre et au personnel formé, nous pouvons proposer 20 à 24 vaccinations par jour sans interrompre les opérations. Grâce à AD Swiss et à l’interface intégrée au logiciel du cabinet, les processus administratifs sont devenus beaucoup plus simples, plus légers et plus pratiques.

 

Quels commentaires avez-vous reçus d’autres médecins de Soleure?

Il était important que les médecins de Soleure disposent d’instructions appropriées et de personnes de contact fiables en cas de problèmes, en raison des importants obstacles administratifs, de la commande des vaccins et de l’enregistrement à la délivrance des certificats de vaccination. Au début, il y a eu quelques problèmes de démarrage, qui ont exigé beaucoup de nerfs au moment du stress avec 50 à 60 futurs vaccinateurs dans le cabinet, qui voulaient être servis en conformité avec la corona, avec des intervalles et dans la convivialité traditionnelle. Mais la volonté de l’équipe d’AD Swiss de tester et de mettre à disposition les nouvelles versions et de libérer des capacités de serveurs en faveur de l’augmentation de la vitesse du système, même dans les actions de nuit et de brouillard, a calmé les nerfs. Au final, le retour d’information concernant le support des systèmes d’AD Swiss n’a été que positif.

 

En parlant du certificat Covid: quelles expériences avez-vous eues avec lui?

Nous sommes également étroitement impliqués dans le dialogue technique avec le canton concernant la délivrance des certificats. Il est logique que le bureau qui a vacciné les personnes et donc enregistré les données personnelles émette également le certificat. Ainsi, la plupart des cabinets ont également délivré les certificats des personnes vaccinées avant le 30 juin 2021 de manière rétrospective. Il a été très utile que cela soit enfin possible dans le système d’AD Swiss par une procédure simplifiée “en appuyant sur un bouton”, y compris l’envoi par la Confédération.

 

Le canton de Soleure a autorisé très tôt AD Swiss comme “reporting unit” afin que le service “AD Swiss Covid-Impfen” puisse être utilisé par les médecins du canton. Quels conseils avez-vous à donner à vos collègues des cantons qui ne sont pas encore autorisés?

Comme je l’ai dit, nous étions déjà très étroitement impliqués dans les dialogues spécialisés avec le canton dès le début de la pandémie. Nous avons ainsi pu exprimer le souhait qu’AD Swiss soit accréditée en tant qu’unité déclarante et avons également pu servir de médiateur pour le contact. Je pense que l’échange établi et régulier avec les différents acteurs du canton de Soleure a fait ses preuves. Bien sûr, le paysage politique est différent dans chaque canton, mais en tant que profession médicale, nous ne pouvons pas faire l’économie d’une meilleure mise en réseau politique et d’un maintien du contact.

 

Interaction optimale des systèmes et des joueurs pour plus d’efficacité et de sécurité dans la routine quotidienne de la pratique

 

Vous avez mentionné l’intégration de la “vaccination AD Swiss Covid” dans le logiciel du cabinet. Quelle est votre expérience en la matière et quelle importance accordez-vous à ces intégrations et au dialogue avec les partenaires informatiques ?

La connexion de “AD Swiss Covid-Impfen” à notre logiciel de pratique vitomed s’est avérée très réussie. Ces intégrations sont synonymes de plus d’efficacité, de plus de qualité et, grâce au temps gagné – par exemple en évitant de saisir deux fois les mêmes données – de plus de temps pour le travail direct avec les patients.

Je travaille uniquement en numérique dans le cabinet depuis 2002. J’ai déjà migré deux fois l’ensemble du système vers un nouveau système et je suis donc familier avec les différents logiciels de cabinet. La pandémie a clairement déclenché une poussée du développement numérique et a également montré aux médecins ce qu’il est possible de faire avec le numérique. J’y vois l’avenir. Nous ne pouvons pas fermer nos esprits à ce sujet. Pour moi, une pratique numérique avec un flux de travail bien répété et défini est aussi une question d’efficacité et de sécurité dans la pratique quotidienne. Dans notre cabinet, nous nous sommes assis avec les gens de Vitodata et nous avons modifié le système jusqu’à ce qu’il soit adapté à notre cabinet de groupe composé de trois médecins. Certaines de ces modifications ont ensuite été transférées à Vitodata pour être développées plus avant.

 

AD Swiss et HIN sont des entreprises qui sont aux mains des médecins, plus précisément, détenue majoritairement par la FMH et la Caisse des médecins. Comment évaluez-vous l’engagement du corps médical à fonder et à financer lui-même de tels fournisseurs de services informatiques?

Je pense, en particulier d’après l’expérience du développement continu de l’administration des vaccins et de la délivrance des certificats, qu’il est très important que ceux qui doivent finalement les utiliser soutiennent également de toute urgence ces services. Ce n’est que de cette manière que les exigences de la pratique quotidienne peuvent être intégrées efficacement dans les processus.

 

Avec la progression de la numérisation, les risques de fuite, de piratage ou même de suppression accidentelle de données sensibles augmentent également. Comment vous assurez-vous que les données des patients sont protégées à tout moment?

Nous sommes équipés de pare-feu et de programmes anti-virus, nous attachons de l’importance à effectuer des mises à jour régulières des systèmes, Vitodata entretient régulièrement le serveur plusieurs fois par an. Deux fois par jour, une sauvegarde de sécurité est effectuée sur un serveur externe. Les employés sont soumis à plusieurs reprises à des processus de sensibilisation.
Nous réfléchissons déjà à la révision de la loi sur la protection des données et envisageons de passer à une protection élargie à partir de 2022, avec la possibilité d’un consentement écrit du patient pour le traitement électronique des données par saisie sur le bloc de signature et stockage direct ultérieur.

 

En tant que médecin, vous voulez pouvoir vous concentrer sur les questions médicales et le traitement de vos patients. Où les solutions numériques pourraient-elles vous soulager encore plus, vous et votre personnel?

Mes souhaits: archivage automatique des rapports des patients dans les systèmes primaires, formulaires numériques fonctionnels, divulgation des adresses de courrier sécurisé des services de médecins-conseils (faute d’adresses de courrier, nous continuons à envoyer du papier dans le monde entier), intégration plus facile des dispositifs médicaux dans le logiciel du cabinet sans avoir à faire face à un effort récurrent et financièrement douloureux pour les interfaces dorées à chaque fois et à devoir les négocier au ping-pong avec les sociétés… Puis-je souhaiter davantage? Comme je l’ai dit, je vois un potentiel dans le fait que de plus en plus de formulaires pour des demandes de renseignements sur les assurances accidents ou les assurances d’indemnités journalières/compagnies d’assurance maladie seront remplis automatiquement. La charge administrative a énormément augmenté dans ce domaine. Entre-temps, la caisse d’assurance maladie demande une déclaration pour chaque médicament délivré, afin de pouvoir sonder d’éventuelles limitations.

 

Comment évaluez-vous les avantages du dossier électronique du patient (DEP) et l’importance des services complémentaires qui sont utilisés en plus du DEP?

Je suis quelque peu sceptique à l’égard du DEP et je crains un désert PDF imminent si le dossier n’est pas maintenu par le patient autant qu’il le peut. Cependant, il aura probablement besoin d’aide dans la jungle des termes techniques et, comme nous sommes déjà très bien couverts par le travail administratif, les assurance etc., notre temps pour ce travail est limité. Tout cela est perdu dans le temps passé en contact direct avec le patient. Nous devons faire la part des choses. D’autre part, je vois beaucoup de potentiel dans les services mentionnés. Dès que ceux-ci pourront exploiter automatiquement les données des systèmes primaires, ils atteindront une hauteur de vol utile. Sinon, je suis plus rapide pour générer une prescription à partir des données de l’historique médical numérique et l’envoyer par email à la pharmacie. Il en va de même pour les rapports d’orientation, que j’ai rédigés avec Dragon dans le système de dictée et que j’envoie en un tournemain. Nous devons tous rester en contact pour pousser le ballon dans le bon but.